Daszak admet des liens de longue date avec le PCC… sur les médias d’État du Parti communiste chinois.

the-sun.com

L’enquêteur du COVID-19 de l’Organisation mondiale de la santé, Peter Daszak, a admis sa «collaboration» de longue date avec une foule d’entités du Parti communiste chinois tout en parlant avec le réseau de télévision mondial du Parti communiste chinois.

Dans le même jour, la très controversée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été publiée,Daszak est apparu sur le Réseau mondial de télévision de Chine (CGTN en anglais), un média d’État qui a diffusé des aveux forcés, pour exagérer les résultats.

Daszak, qui a fait l’éloge à plusieurs reprises des médias d’État du Parti communiste chinois,il a admis avoir collaboré avec le Parti communiste chinois et ses groupes scientifiques dans l’interview.

“Tout le monde sait que je collabore étroitement avec l’Institut de virologie de Wuhan depuis des plusieurs années”,a-t-il noté après avoir tenté d’expliquer pourquoi la théorie des fuites en laboratoire était improbable:

“En ce qui concerne l’hypothèse de fuite en laboratoire, nous n’avons tout simplement pas vu d’informations significatives suggérant que cela s’était produit.Je veux dire, en tant que scientifique, vous ne pouvez gérer que les preuves que vous voyez devant vos yeux et si ce n’est pas là, vous ne pouvez que conclure que c’est extrêmement improbable.”

“Bien sûr, j’ai des collaborations avec de très nombreuses organisations et instituts du Parti communiste chinois parce que nous travaillons tous sur ces virus, et n’oublions pas le SRAS, l’important coronavirus originel est apparu à Canton.Et c’est pourquoi nous travaillons en Chine en collaboration avec le CDC du Parti communiste chinois, l’Institut de virologie de Wuhan et de nombreuses autres organisations en Chine du communiste, car nous voulons empêcher que cela ne se produise”, a-t-il encore ajouté.

L’intervieweur du CGTN a également pressé Daszak sur les liens que d’autres chercheurs de l’OMS entretenaient avec la Chine, faisant référence à un rapport de National Pulse sur Marion Koopmans:

“Je sais que certains médias occidentaux ont également parlé de votre association avec l’Institut de virologie de Wuhan et ils ont également fait référence à Mme Marion Koopmans qui avait une très bonne coopération avec les instituts du parti communiste chinois.”

L’interview se termine en disant qu’il “espère que la prochaine fois que vous visiterez Wuhan ou que vous visiterez la Chine, je pourrai être dans les parages”, ce à quoi Daszak répond: “J’attends cela avec impatience.”

L’interview fait suite à de nombreux reportages de National Pulse mettant en évidence les liens financiers de Daszak avec le Parti communiste chinois, y compris la rédaction d’études financées par le régime et l’organisation de conférences aux côtés d’entités publiques de la Chine du communsite.

Traducteur:Himalaya Moscow Katyusha(RU)- Petit Nicolas(珍珠丸子)

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments