EXCLUSIF- La China Gene Firm fournissant des tests COVID dans le monde entier a travaillé avec l’armée chinoise !

Auteur : Kirsty Needham

Traduction: Charline / Jean Michel Relecture: Marie

SYDNEY, 30 janvier (Reuters) – BGI Group, la plus grande société de génomique au monde, a travaillé avec l’armée chinoise sur des recherches allant des tests de masse pour les pathogènes respiratoires à la science du cerveau. Les recherches de Reuters ont révélé des dépôts de brevets et d’autres documents.

L’examen, de plus de 40 documents et articles de recherche accessibles au public en chinois et en anglais, montre que les liens de BGI avec l’Armée populaire de libération (APL) incluent des recherches avec les meilleurs experts militaires de Chine en informatique de pointe. L’étendue de ces liens n’a pas encore été signalée.

BGI a vendu des millions de kits de test COVID-19 en dehors de la Chine depuis l’éclosion de la nouvelle pandémie de coronavirus ; notamment en Europe, en Australie et aux États-Unis. Les actions de BGI Genomics Co, la filiale de la société cotée à la bourse de Shenzhen, ont doublé de prix au cours des 12 derniers mois, lui donnant une valeur marchande d’environ 9 milliards de dollars.

Mais les principaux responsables américains de la sécurité ont mis en garde les laboratoires américains contre l’utilisation de tests chinois, car la Chine chercherait à collecter des données génétiques étrangères pour ses propres recherches. Ce que BGI a nié.

Les documents examinés par Reuters ni contredisent ni soutiennent cette suspicion américaine. Pourtant, le matériel montre que les liens entre l’armée chinoise et BGI sont plus profonds qu’on ne le pensait auparavant, illustrant la façon dont la Chine a entrepris d’intégrer des entreprises technologiques privées dans la recherche militaire sous la présidence de Xi Jinping.

Le gouvernement américain a récemment été averti par un groupe d’experts que des pays adverses et des acteurs non étatiques pourraient trouver et cibler des faiblesses génétiques dans la population américaine et qu’un concurrent comme la Chine pourrait utiliser la génétique pour augmenter la force de son propre personnel militaire.

BGI a travaillé sur des projets de l’APL visant à rendre les membres de la majorité ethnique Han chinoise moins sensibles au mal d’altitude, a découvert Reuters ; une recherche génétique qui profiterait aux soldats dans certaines zones frontalières.

Elsa Kania, chercheur principal adjoint au Center for a New American Security think tank, qui a témoigné devant des comités du Congrès américain, a déclaré à Reuters que l’armée chinoise avait poussé la recherche sur la science du cerveau, l’édition de gènes et la création de génomes artificiels qui pourraient avoir une application dans les futures armes biologiques. Elle a ajouté que de telles armes ne sont actuellement pas techniquement réalisables.

“BGI rejette fermement toute accusation de liens avec l’APL, en particulier en ce qui concerne nos kits de test COVID-19”, ont-t-ils déclaré dans un communiqué.

En réponse aux questions de Reuters, BGI a déclaré qu’elle adhérait aux normes internationales et aux lois chinoises relatives à la science ouverte, au partage de données et à la recherche génomique. Il a déclaré que sa collaboration avec des chercheurs militaires était uniquement à des fins académiques.

Le ministère chinois de la Défense n’a fait aucun commentaire.

“AMÉLIORER ” LA FORCE DES SOLDATS

Les entreprises technologiques chinoises sont de plus en plus surveillées par les États-Unis et font l’objet de restrictions croissantes sous l’administration de Donald Trump. En novembre, le ministère du Commerce a proposé une règle pour ajouter un logiciel d’édition de gènes à la liste de contrôle des exportations des États-Unis, affirmant qu’il pourrait être utilisé pour créer des armes biologiques.

Les responsables de la nouvelle administration du Président Joe Biden ont signalé une approche toujours ferme de ce qu’ils considèrent comme une menace croissante de Pékin.

Un panel de l’industrie technologique sur l’intelligence artificielle, nommé par le gouvernement américain et présidé par l’ancien PDG de Google Eric Schmidt, a sonné l’alarme en octobre sur le soutien financier de la Chine à son secteur biotechnologique, ses avantages dans la collecte de données biologiques et l’intérêt de l’APL pour de potentielles applications militaires.

Le groupe d’experts, qui rendra son rapport final en mars, a mis en garde contre les adversaires potentiels utilisant ; l’intelligence artificielle pour identifier les faiblesses génétiques d’une population , l’ingénierie d’agents pathogènes pour les exploiter, et faisant de la recherche génétique pour améliorer la force mentale ou physique des soldats.

Le panel a recommandé que le gouvernement américain ” adopte une attitude publique plus agressive concernant BGI “, citant les risques pour la sécurité nationale posés par les liens de l’entreprise avec le gouvernement chinois et sa mine de données génomiques.

Le département d’État américain n’a pas immédiatement fait de commentaires sur les conclusions de Reuters.

En réponse aux questions de Reuters, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement américain avait “mal interprété et dénigré la politique de fusion militaro-civile de la Chine” et imposait des sanctions déraisonnables qui entraveraient la recherche.

“La politique de fusion militaro-civile de la Chine vise à mobiliser efficacement les ressources militaires et civiles, à coordonner la croissance socio-économique et le développement de la défense nationale, et à faire bénéficier le public du progrès scientifique et technologique. Cette politique est irréprochable “, a déclaré le ministère.

Il a ajouté qu’il s’agissait d’une ” pratique internationale coutumière ” et a déclaré que le gouvernement américain avait effectivement poursuivi la fusion militaro-civile pendant plus de 100 ans.

“PROJET CLÉ”

BGI Group, basé à Shenzhen, s’est rapidement développé en vendant des services de séquençage génétique aux universités et aux systèmes de santé du monde entier et en amassant une grande banque de données ADN. Ce groupe a créé le premier porc cloné de Chine en 2010.

Un article scientifique rédigé par les fondateurs de BGI, Yang Huanming et Wang Jian, ainsi que par le laboratoire clé de médecine de haute altitude de l’APL et la troisième université de médecine militaire, s’est concentré sur des expériences sur le cerveau de singes souffrant du mal de l’altitude.

L’étude, publiée en janvier 2020, a déclaré qu’elle était financée comme l’un des ” projets clés de la science et de la technologie militaires ” par l’APL. Il y a dix ans, les recherches de l’université militaire visaient à identifier les gènes liés au mal de l’altitude afin que l’APL puisse dépister les soldats sensibles. Les dernières recherches ont porté sur la manière dont les médicaments interagissant avec les gènes pourraient potentiellement protéger une personne contre les lésions cérébrales.

La Chine a la plus longue frontière montagneuse du monde, qui comprend sa frontière avec l’Inde, où des combats ont éclaté entre les troupes des deux pays en 2020. Un article publié en 2018 par le même laboratoire de l’APL a déclaré que « le mal de haute altitude est la principale raison de la réduction de l’efficacité au combat et des dommages sur la santé des soldats et influe sur les résultats de conflits. “

Reuters n’a pas pu contacter Yang et Wang. BGI a déclaré que sa collaboration de recherche avec le laboratoire de l’APL et la troisième université médicale militaire, où Yang est professeur depuis près de deux décennies, était ” à des fins académiques uniquement ! “

SÉQUENÇAGE de COVID

BGI détient conjointement une douzaine de brevets pour des tests de dépistage des génomes liés à la maladie avec l’université militaire, l’Académie militaire des sciences médicales qui est le premier institut de recherche médicale de l’APL, et les hôpitaux de l’APL.

Un brevet a été accordé en 2015 à BGI et à l’Académie des sciences médicales militaires pour un kit de test à faible coût pour détecter les agents pathogènes respiratoires, y compris le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et les coronavirus.

Le scientifique en chef actuel des maladies infectieuses de BGI, Chen Weijun, est répertorié comme inventeur sur les documents de brevet. Chen a été parmi les premiers scientifiques à séquencer le COVID-19, prélevant des échantillons dans un hôpital militaire de Wuhan, selon des données de séquence partagées plus tard au niveau international.

Chen est répertorié comme affilié à l’Académie militaire des sciences médicales dans trois articles scientifiques examinés par Reuters. En réponse aux questions de Reuters, BGI a déclaré dans un communiqué que Chen n’était plus affilié à l’Académie militaire des sciences médicales de l’APL depuis 2012. Chen n’a pas fait de commentaire.

Le kit de test COVID-19 de BGI n’utilise pas la méthode brevetée conjointement avec le PLA, a déclaré la société dans le communiqué.

Quatre chercheurs de BGI ont également été affiliés conjointement à une autre institution militaire, l’Université nationale de technologie de la défense (NUDT), selon des documents scientifiques et de conférence accessibles au public examinés par Reuters. La NUDT, basée au Hunan, est sous la direction directe de la Commission militaire centrale de Chine, l’organe de plus haut niveau qui dirige l’armée chinoise et est dirigé par Xi.

Le NUDT est sur une liste noire américaine en tant que menace pour la sécurité nationale parce que son supercalculateur Tianhe-2 – l’un des plus puissants au monde – est utilisé pour simuler des explosions nucléaires, selon une liste du ministère du Commerce. Cette liste empêche les entreprises américaines de fournir à NUDT toute technologie

Un chercheur, Peng Shaoliang, a joué un rôle déterminant dans le développement d’un logiciel pour accélérer le séquençage par BGI des génomes humains en utilisant le calcul intensif développé par le NUDT.

Peng a remporté des prix militaires pour son travail. Il est membre d’un groupe d’experts conseillant la Commission scientifique et technologique de la Commission militaire centrale, créée en 2016 lorsque Xi a commencé à promouvoir une stratégie visant à intégrer la recherche civile et militaire de la Chine.

Les demandes de brevet en 2020 montrent que Peng est également membre de l’Institut de médecine militaire de l’APL. Liao Xiangke, chef du programme de supercalculateurs du NUDT et major général de l’APL, a publié sept articles scientifiques co-rédigés avec des chercheurs de BGI, leur attribuant des données et un code source.

BGI a déclaré dans un communiqué à Reuters que Peng et Liao

” étaient deux collaborateurs de BGI sur un projet à des fins d’échange académique uniquement. Depuis la fin du projet, BGI n’a plus d’affiliation avec eux.”

Peng et Liao n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

BGI a déclaré qu’il utilise Tianhe-2 sur une base commerciale, ainsi que d’autres plateformes de calcul intensif, pour accélérer la recherche ; les articles qu’il a rédigés avec le NUDT étaient uniquement à des fins académiques, et étaient ouverts à la consultation publique, alors que les programmes eux-mêmes ont pris fin.

Tianhe-2 a également été utilisé pour résoudre des problèmes pharmaceutiques, cryptologiques, d’ingénierie et climatiques qui n’ont pas d’application militaire, a déclaré la société.

 ( Reportage de Kirsty Needham à Sydney. Reportage supplémentaire par Humeyra Pamuk et Alexandra Alper à Washington et dans la salle de presse de Pékin édité par Kevin Krolicki et Bill Rigby. )

Lien d’origine: https://www.thesundaily.my/world/reuters/exclusive-china-gene-firm-providing-worldwide-covid-tests-worked-with-chinese-military-DF6421849


Publié par Himalaya France

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

喜马拉雅巴黎七星农场

欢迎战友加入我们: https://discord.gg/mM4pXyJJAx Feb. 05