Rapport: des scientifiques du parti communiste chinois ont infiltré des programmes de virologie américains

L’inquiétude a continué de croître concernant l’infiltration de la Chine dans les laboratoires américains de recherche sur les virus après que des rapports récents aient mis en évidence trois scientifiques militaires du parti communiste chinois formés par l’Armée populaire de libération (APL) qui sont arrivés dans des universités et des instituts de recherche américains à la fin des années 90 pour ensuite s’impliquer dans la saga COVID-19.

Leurs noms?Yusen Ahou, Guangyu Zhao et Yuzhang Wu.

Tandis que Yuzhang deviendrait directeur de l’Institut d’immunologie de l’université médicale militaire III à Chongqing,Yusen et Guangyu deviendront les collaborateurs de recherche de longue terme avec Dr Shibo Jiang qui a reçu sa formation postdoctorale à l’Université Rockefeller de New York entre 1987 et 1990.

Tout au long de sa carrière de recherche aux États-Unis,Jiang a maintenu une relation avec les laboratoires militaires de l’APL du parti communiste chinois, accueillant et formant simultanément des scientifiques liés à l’armée du parti communiste chinois.Jiang a également reçu plus de 17 millions de dollars en subventions américaines de recherche aux États-Unis, la grande majorité provenant de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses du Dr Anthony Fauci.

Un dénonciateur chinois a affirmé que le COVID-19 provenait de laboratoires supervisés par la PLA du parti communiste chinois en utilisant les coronavirus de chauve-souris ZC-45 et ZXC-21,qui ont ensuite été caractérisés et génétiquement modifiés sous la supervision de l’ université médicale militaire III à Chongqing et de l’Institut de recherche en médecine du commandement militaire de l’APL de Nanjing.

À l’heure actuelle, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas encore confirmé l’origine du virus.Cependant, les efforts d’enquête ont été largement entravés.

L’expert australien des maladies infectieuses Dominic Dwyer faisait partie de la deuxième équipe de chercheurs de l’OMS envoyée en Chine pour documenter les premiers jours de la pandémie.Dwyer a déclaré que les autorités du parti communiste chinois avaient fourni un résumé des informations issues d’entretiens avec des patients, mais avaient refusé de fournir les données brutes sur les infections précoces.

“Si vous essayez vraiment de revenir au tout début pour essayer de comprendre les sources, dans le monde idéal, vous passerez un par un par un sur les patients et c’est ce que nous appelons une liste de lignes”, a-t-il expliqué.Maintenant, évidemment, tout cela est anonyme, mais vous voulez des détails sur les questions posées, quelles ont été les réponses et quel était le type d’analyse des données.”

Selon Dwyer, c’est une pratique courante pour une enquête sur une épidémie.Cependant, la Chine du communiste a refusé aux responsables de l’OMS les données brutes et, au lieu de cela, ont remis ce qu’ils prétendaient être les “résultats”.

Sur une partie de cela, il y a beaucoup qui pensent que la Chine du communiste a colonisé les programmes américains de recherche sur les virus.Il est important de mentionner que ces programmes sont financés par le gouvernement américain ou, en d’autres termes, par le contribuable américain.Il y a très peu de choses que ces programmes de virologie américains font dont la Chine n’est pas consciente et pour beacoup des gens, c’est une menace grave pour être ignorée plus longtemps.

Himalaya Moscow Katyusha(RU) Petit Nicolas(肉嬷嬷 -卤肉饭)

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments